La Rapporteure spéciale des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme, Margaret Sekaggya, effectuera une visite pays en Inde du 11 au 21 janvier 2011.

Son prochain rapport au Conseil des droits de l’Homme en mars 2011 portera sur les “femmes défenseures et défenseurs travaillant sur les questions liées aux droits des femmes et au genre”.

1 Response » to “Activités à venir de la RS ONU sur la situation des défenseurs”

  1. Nicole Bondo Mwaka dice:

    En tant que militante et défenseure des droits de l’Homme en République Démocratique du Congo, je me réjouis que le prochain rapport au Conseil des droits de l’Homme en Mars prochain soit axés sur les femmes défenseures et défenseurs des questions des droits des femmes et du genre.

    La défense des droits de l’homme en RDC en particulier et dans le monde en général devient de plus en plus un grand risque et un défi surtout lorsqu’on est une femme.

    Les militantes des droits de l’homme et des femmes ne peuvent plus exercer leur travail dans la liberté. Elles font l’objet d’intimidation et sont assimilées aux opposants et considérés comme de personnes qui destabilisent le pouvoir en place.

    Le 29 septembre 2010, une defenseure des droits de l’homme a été arrété et détenue par les services de sécurité simplement parcequ’elle faisait son travail. Certaines attitudes et comportements ne peuvent laisser indifférent un défenseur des droits de l’homme. A la suite des traitements inhumains infligés à Mr Tungulu, nous avons filmé les scénes de violences perpetrées à l’endroit de cette personne. nous avons été arrété arbitrairement par la police et détenues illégalement pendant 48 heures dans les cellules de la DGRS et 96 heures à l’ANR dans les conditions inhumaines et inacceptable et Nous étions privés de tout contact avec nos avocats,membres de famille ou collégues de travail, aucune explication sur le motif de l’arrestation n’a été livrée. Nous avons été privé d’eau et de nourriture, nous dormions à terre dans une cellule non éclairée sans fenetre ni oreiller.

    Le traitement qui nous avait été reservé bien avant que la police ne sache que nous étions défenseure, était différent de celui du moment où le statut de défenseure a été révelé.

    La mauvaise perception du travail des défenseures et défenseurs par le pouvoir en place,constitue un risque permanent et diminue les capacités d’action de defenseurs des droits de l’homme en RDC. Certains ou certaines préfèrent se résilier ou optent simplement de travailler dans le developpement ou dans une thématique à moindre risque.

    Les défenseures qui ne disposent pas d’une forte personnalité sont simplement récupérées par le pouvoir pour d’autres fins. Le pouvoir parvient même à offrir un travail alléchant avec un salaire consistant simplement pour que la personne fasse autre chose que le droit de l’homme. On oublie que c’est un idéal que l’on veut atteindre lorsque l’on fait la defense des droits de l’homme.

    Les N.U doit prendre des mesures de coercition contre la RDC pour l’amener à laisser les défenseurs faire leur travail dans la quiétude. La déclaration sur les défenseurs n’est pas contraignante, il faudrait envisager autre chose.

    Des mesures de réparations à l’encontre des Etats qui violent le droit de défenseurs doivent etre envisagées car les dommages ou préjudices physiques, moraux et psychologiques subis à la suite de violations commises contre les défenseures sont énormes.

    Un soutien permanent doit etre accordé aux defenseurs des droits de femmes et du genre aprés leur arrestation ou detention illégale. Souvent aprés la libération, on pense que c’est fini mais en réalité, c’est le commencement car le défenseur ou la défenseure est fiché(e), destabilisé(e) dans son travail et devient une proie facile à abattre.

    Nicole
    Toges noires
    Carrefour des Femmes et Familles
    Militante du Collectif Marche Mondiale des Femmes (RDC)

Dejar un Comentario